Hugo... ses décors

Le 3ème art de Victor Hugo est celui du décor. Cet aspect souvent méconnu de son génie créatif, le musée est le seul à pouvoir le présenter. Hauteville House entièrement aménagée par ses soins, reste la maison-œuvre dont Charles Hugo disait qu’elle visait à « l’éducation de l’esprit par la demeure ». Des éléments de décors réalisés pour Juliette Drouet pour sa maison de Hauteville Fairy : un salon chinois et une salle à manger gothique ont été rapportés et installés place des Vosges.
La connaissance que l’on a de l’appartement de la place Royale (place des Vosges) atteste de l’intérêt pour la décoration et de la part qu’y prend Victor Hugo. On sait aussi qu’il aimait participer à la décoration de ses pièces. Lorsqu’il acquiert Hauteville House à Guernesey il peut se livrer à cette passion pour aménager la totalité de la maison ainsi que celle qu’il achète ensuite un peu plus bas dans la même rue, pour Juliette Drouet : Hauteville Fairy.
Chargés de symboles, de références à son œuvre et à sa philosophie, les décors de Hauteville House sont aussi l’expression de son inventivité créatrice, pleine de poésie, d’humour, d’inattendu.
Non sans écho à son écriture le style décoratif de Victor fonctionne souvent sur l’oxymore, ou l’antithèse : « la vieille Hollande chinoise ». Il aime marier éléments chinois et gothiques, tapisseries flamandes et tapis turcs, carreaux de Delft et porcelaines japonaises. Il compose ses plafonds en encadrant de bordures de chêne sculpté les tentures d’Aubusson. Il construit les cheminées – emblèmes du foyer par excellence – comme de véritables cathédrales. Il intègre les objets – tapisseries de perles, esclaves porte-torche, meubles anciens – au milieu de ses créations et utilise des services entiers de porcelaine comme matière décorative. Il invente ses propres meubles en faisant réassembler les éléments démembrés de vieux coffres. Pour cela, il embauche toute une équipe locale sous la direction de Peter Mauger (père) et de Jean Mauger (fils) ainsi que Tom Gore qui travaillent d’après les dessins qu’il réalise.
Lorsque Juliette Drouet doit quitter La Fallue, maison qu’elle habite tout près, elle acquiert avec Victor Hugo qui lui en laisse l’usufruit, Hauteville Fairy, la première maison que le poète et sa famille avait habité à Guernesey, au 20 de la rue d’Hauteville. Il conçoit alors la décoration en 1863-1864, mêlant une fois encore chinoiseries et meubles gothiques recréés. Ce sont surtout les panneaux, dessinés, gravés et peints qui caractérisent ce décor. Ils ornaient en particulier les meubles et boiseries de la salle à manger. Si la formule en avait déjà été essayée à Hauteville House, elle prend ici toute son ampleur que permet d’apprécier leur réinstallation place des Vosges. Paul Meurice qui les avait rachetés à Louis Koch, neveu et héritier de Juliette Drouet les fit mettre en place pour l’ouverture du musée.