Hugo...par écrit

Avec un peu plus de 18 000 lettres autographes, la correspondance constitue une spécificité forte des collections manuscrites du musée. Pour affirmer cette image, le musée a engagé un ambitieux projet de numérisation pour mettre plus facilement à disposition du public ce patrimoine qui nous fait entrer dans l’intimité du grand homme, avec les lettres de Juliette Drouet à Victor Hugo ou les lettres du poète à sa famille ou à des tiers.

Les Manuscrits. La collection de manuscrits s’est naturellement orientée vers la production familiale, Victor Hugo ayant légué ses manuscrits à la Bibliothèque nationale de France.  Elle témoigne de ce virus de l’écriture gagnant chacun des membres du « goum » et faisant de la littérature une seconde maison de famille. Le musée conserve ainsi les écrits du général Hugo (père de Victor Hugo), de Madame Hugo, une grande partie du journal d’exil d’Adèle (seconde fille de Hugo) ainsi que ses partitions autographes, les manuscrits des romans de son fils Charles, les traductions de Shakespeare par François-Victor, et un fonds important consacré à Paul Meurice.

Les archives. Le musée conserve aussi de nombreuses archives et documents. Baux, factures, relevés de droits d’auteurs, etc. nous plongent dans le quotidien de l’écrivain. Témoignages rassemblés lors des anniversaires du poète ou à l’occasion de ses funérailles : vers, pièces de théâtre, partitions musicales qui lui étaient dédiés et adressés permettent de prendre la mesure de sa renommée et de l’affection populaire qui l’entourait.