Les manuscrits

La collection de manuscrits s’est naturellement orientée vers la production familiale, Victor Hugo ayant légué ses manuscrits à la Bibliothèque nationale de France. Elle témoigne de ce virus de l’écriture gagnant chacun des membres du « goum » et faisant de la littérature une seconde maison de famille.

De la main de Victor Hugo le musée ne conserve principalement des fragments, des brouillons (« copeaux ») ainsi que des carnets. En revanche la collection est particulièrement riche de manuscrits témoignant de l’activité littéraire des membres de la famille : Manuscrits du général Hugo, père du poète ; de Madame Hugo avec les brouillons du Victor Hugo raconté par un témoin de sa vie ; de Charles Hugo ; de François-Victor, pour ses traductions de Shakespeare ; d’Adèle Hugo avec une partie du Journal de l’exil (le reste se trouvant à la Pierpont Morgan Library) ainsi que ses partitions autographes. Par ailleurs le fonds détient un ensemble de procès-verbaux des « tables parlantes » de Jersey notés pour la plupart directement pendant les séances. Enfin, grâce à la générosité de ses descendants, l’œuvre littéraire de Paul Meurice est bien représenté avec de nombreux manuscrits de ses œuvres théâtrales.